Démoustication

Parfois vecteurs de maladies, les moustiques sont aussi source d’inconfort. Pour combattre les nuisances liées à cet insecte, la Ville travaille avec l’Entente Interdépartementale Rhône-Alpes pour la Démoustication (EIRAD), l’Agence régionale de santé et Eau du Grand-Lyon.

Crépieux particulèrement exposé

Si nul n’échappe aux piqûres de moustiques, dès l’arrivée des beaux jours, depuis plusieurs années, les habitants de Crépieux sont particulièrement incommodés par une espèce de moustiques, Aedes vexans, moustique de milieux naturels. A la demande de la Ville et sous l’égide de l’Agence Régionale de Santé, un partenariat s’est installé entre l’EIRAD, la direction de l’eau de la Métropole et Eau du Grand Lyon.

Les premières investigations de l’EIRAD ont montré que ces moustiques proviennent du champ captant de Crépieux-Charmy, site qui fournit plus de 90% de l’eau potable distribuée sur l’agglomération lyonnaise. Plus précisément, c’est au niveau des bassins d’infiltration qu’Aedes vexans trouve de bonnes conditions de développement.

Créés entre 2000 et 2005, ces bassins constituent une « barrière hydraulique » destinée à mettre la ressource en eau à l’abri des pollutions accidentelles du Rhône. En raison de la spécificité de Crépieux Charmy (source d’eau potable), il est impossible de lutter contre les moustiques sur ce site par un traitement anti-larvaire.

Des pièges à moustiques pour préserver l'environnement

Il a fallu à l’EIRAD  trouver une parade permettant de limiter les nuisances subies à Crépieux. Ainsi, un réseau de pièges a été mis en place aux abords des bassins pour capturer au plus près de leur lieu de production les moustiques adultes. En 2022, ce dispositif compte 30 pièges.

La collaboration est désormais calée entre Eau du Grand Lyon et l’EIRAD pour le maintien de ce dispositif efficace, reconduit d’année en année entre les mois de mai et d’octobre qui ne remet pas en cause le fonctionnement de la barrière hydraulique et du champ captant.

Et le reste de la commune

En milieu urbain, l’EIDRA assure une veille systématique des espaces publics à risque (fossés, bassins de rétention, espaces boisés comportant des points d’eau …) et les traitements qui s’imposent.

Elle est également à disposition des habitants pour conseiller les pratiques de préventions qui s’imposent en milieu artificiel (gouttières, récupérateurs d’eau, piscine …) afin d’éliminer les gîtes larvaires. Contact : 04 72 02 13 73 ou contact@eid-rhonealpes.com

Ces gestes de prévention sont d’autant plus importants depuis quelques années, avec l’arrivée du moustique tigre (Aedes albopictus) qui se développe dans ces milieux artificiels. L’activité de l’EIDRA s’est également développée pour conduire les enquêtes entomologiques commanditées par les autorités sanitaires autour des lieux fréquentés par les patients suspectés d’être porteur de la dengue ou du chikungunya.

Une action citoyenne : signaler le moustique tigre

Informations pratiques

L'Entente Interdépartementale pour Démoustication est également à disposition des habitants pour conseiller sur les pratiques de préventions afin d’éliminer les gîtes larvaires.

Pour les contacter :

tél. 04 72 02 13 73

Mail : contact@eid-rhonealpes.com 

site Internet eid