La commune de Natitingou située à 650 km de Cotonou, la capitale économique du pays,  est une commune très vaste située au centre du département de l’Atacora (Nord Bénin)  et compte 103 843 habitants avec 50 968 hommes et 582 875 femmes, selon son dernier recensement de 2013. Actuellement elle serait plutôt évaluée à 120 000 habitants avec une plus importante population rurale. La commune est divisée administrativement  en 9 arrondissements dont trois  urbains et 6 ruraux. Le plus petit arrondissement compte 7 245 habitants et le plus important 22 011 habitants. Ces arrondissements comptent 52 villages administratifs et 13 quartiers de ville.

La commune de Natitingou est caractérisée par un relief accidenté, composé de la chaine de l’Atacora, de plateaux et collines dont les vallées se présentent souvent en pente forte. Son climat est caractérisé par deux saisons : une saison pluvieuse qui  dure six mois de mai à octobre avec une très forte pluviométrie aux mois d’aout et septembre et une saison sèche du mois de novembre à avril.  La température moyenne est d’environ 27 ° en saison pluvieuse avec des températures allant jusqu’à 35 ° en saison sèche. 

La commune  couvre une superficie de 3 045 km 2 sur 12,8 % de la superficie totale du département.

Les grands groupes socio-culturels sont les Bètammaribé, les Waab, les Dendi, les Baatombou, les Peulhs, les Yorouba, les Fons, les Natimba. Les religions présentes sont la religion traditionnelle ou animiste  (première religion) au christianisme (2ème religion) et l’islam (3ème religion).

En matière d’habitat, Natitingou présente un habitat  dispersé caractérisé par des tatas, de cases rondes, des cases rectangulaires en terre, couvertes de tôles ou de paille. Les constructions en matériaux durables se voient pour quelques habitations en centre ville mais surtout pour  les centres de santé, les écoles et les bâtiments publics.

L’agriculture est la principale activité économique  de la commune :  culture des céréales mais, sorgho et mil, tubercules et racines (igname, manioc et patate douce), les légumineuses (soja, arachide, niebé) et les cultures maraichères (dominées parla tomate) et les cultures de tabac et coton. La production baisse chaque année en raison de la pauvreté des sols, les changements climatiques (rareté des pluies et sècheresse plus importante), le manque d’appui technique aux agriculteurs.

Dès 1996, des contacts sont établis avec la ville de Natitingou au Bénin afin d’aboutir à un jumelage. Un protocole d’accord de jumelage est signé le 15 décembre 1998 avec trois thèmes de coopération :

-          le développement économique,

-          l’école et l’éducation

-          les échanges de pratiques entre les collectivités

Ainsi, de nombreuses actions ont été réalisées dans le domaine de l’éducation, de la formation professionnelle, de la gestion des déchets, de l’assainissement. Entre-temps une convention de coopération entre les deux communes avait été signée en 2003.

Une nouvelle convention a été signée en 2016  priorisant le champ de cette coopération au domaine de l’accès à l’eau et assainissement ainsi qu’à celui du développement urbain.

Le nouvel accord de partenariat porte sur :

-          la réalisation de 10 points d’accès à l’eau potable.  

-          un soutien en renforcement de compétences en développement urbain et plus particulièrement la gestion des déchets.

 

 l’accès à l’eau potable

L’eau est devenu l’or noir en Afrique. Le manque d’eau potable à Natitingou oblige les habitants à se servir dans les marigots, mares ou ruisseaux lorsqu’il  y en a. Aussi, le nombre de maladies hydriques augmentent sans cesse ainsi que le taux de mortalité notamment chez les enfants. L’accès à l’eau potable est une problématique vitale.

 

Si le Bénin dispose de plusieurs documents de politique et stratégies en matière d’eau, il est néanmoins indéniable que de nombreuses communes sont dépourvus des finances suffisantes pour permettre l’accès à l’eau à tous.

 

A Natitingou le taux de desserte en eau potable était de 34 % en 2014. L’objectif de 2016 était d’atteindre le taux de desserte de 55 %. Il n’est toujours pas atteint.

 

Grâce à l’aide financière accordée par l’Agence Rhône Méditerranée Corse, la Direction de l’Action extérieure des collectivités du Ministère de l’Europe et des Affaires Etrangères ainsi que l’aide de conseil du PSeau antenne de Lyon, le projet de 10 points d’accès à l’eau potable à Natitingou pourra se réaliser.

 Les arrondissements concernés par les projets d’accès à l’eau ont entre 9000 et 23000 habitants et chaque  point d’eau concerne  environ 300 à 400 habitants. Ainsi, 3150 personnes aujourd’hui dépourvues d’accès à l’eau qui bénéficieront  d’eau potable lorsque les 10 forages à pompes à motricité humaine seront réalisées.

 Les utilisateurs pompent l’eau et la transportent dans des bassines jusqu’à leur domicile. Ce sont donc des kilomètres qui sont faits chaque jour pour transporter l’eau.

La gestion de la pompe est déléguée à un référent du village qui s’occupe également de recouvrir la redevance eau. Il est également chargé du suivi de l’exploitation de la pompe. Il reçoit une formation.

La mise en place d’une pompe est entourée d’un accompagnement des habitants sur les précautions à prendre pour le transport, l’utilisation de la pompe et de l’eau, la conservation de l’eau.

Ce travail de sensibilisation avec les habitants  à l’hygiène et aux précautions à prendre pour conserver la qualité de l’eau, d’explication sur les raisons du coût de l’eau, se fait avant la réalisation de l’ouvrage, pendant et après la mise en place du point d’eau. C’est ce que l’on appelle l’intermédiation sociale.

 

En 2016-2017,  trois pompes ont été réalisées dont une à l’école de Sossouna (voir photo inauguration à l’école de Sossouna). En 2018 trois nouvelles pompes sont en cours de réalisation et quatre autres pompes sont prévues en 2019-2020. 

 

D’autres  actions de solidarité et d’engagements à souligner :

 

Le Lycée Albert Camus s’engage 

Madame la Proviseur du Lycée Albert Camus et deux élèves ambassadeurs d’une classe de seconde ont fait le déplacement à Natitingou en même temps que la délégation se rendant à Natitingou entre autres pour l’inauguration du forage de l’école de Sossouna (voir photo).. En effet, durant toute l’année scolaire 21017-2018, les élèves de cette classe de seconde ont travaillé sur la thématique de l’eau avec leur professeur. L’eau à Natitingou, la ville jumelée était un volet de leur travail. En se rendant sur place, ils ont ainsi pu mieux faire un rendu aux autres élèves de la complexité des problèmes du manque d’eau en Afrique et plus particulièrement à Natitingou. Au retour, une exposition « au fil de l’eau » a été réalisée au  sein de l’établissement.  A Natitingou, Madame la proviseure a signé une charte de partenariat avec  le  CGE1 de Natitingou (lycée de Natitingou).  

 

Le comité de jumelage 

(association loi 1901) : grâce au point d’eau réalisé à l’école de Sossouna, une cantine (achat de matériels culinaires, d’aliments notamment à base de céréales et confection des repas) a été mise en place par le comité de jumelage de Rillieux-la-Pape, association loi 1901.  Ainsi les 160 élèves ont un repas tous les midis. Ce sont des mamans volontaires qui cuisinent les repas.

Le coût de tous les repas à midi par un enfant durant une année scolaire est de 20 €. Le comité de jumelage a lancé une souscription auprès des habitants de Rillieux-la-Pape et au-delà. Pour participer à cette opération,  il suffit de contacter le comité de jumelage.

 

Les directeurs des écoles Vancia et des Brosses et le Conseil Municipal Enfants (CME)

Les directeurs d’écoles  nous ont permis d’envoyer des livres scolaires de français et mathématiques à l’école de Sossouna. La commission Natitingou du Conseil Municipal Enfants (CME) s’est également investie en recherchant des fournitures scolaires. Le transport par bateau a été payé pour partie  par la Mairie de Rillieux-la-Pape et pour une autre partie par   le CME qui a vendu des gâteaux à Rillieux en Fête. Une partie de la recette réalisée par le CME servira également à acheter à Natitingou des cahiers pédagogiques d’activités pour l’école de Sossouna. Ainsi, l’investissement du CME dans cette action permettra de faire fonctionner l’économie locale.

Le Maire de Natitingou a remis officiellement au directeur et enseignants de l’école de Sossouna,  le matériel scolaire livres et fournitures mercredi 17 octobre 2018 (voir photo) en remerciant vivement la Mairie de Rillieux-la-Pape et les jeunes ainsi que leurs parents.

 

Des écoles comme Sossouna, Natitingou en compte 160 et les besoins sont tout aussi importants.

Contact

Direction du Vivre ensemble - Service Culture et Action internationale

Adresse : Accueil Marcel André
165, rue Ampère
69140 Rillieux-la-Pape

04 37 85 00 00