RILL'EN ARTS, L'EXPOSITION DE TALENTS RILLIARDS

ÉVÈNEMENT, CULTURE

04/10/2019

Du 9 au 27 octobre 2019, la chapelle de la Buissière accueille la deuxième édition de l’exposition Rill’en Arts. Organisée par la ville, cette exposition invite le public à découvrir les oeuvres d’artistes rilliards, amateurs ou professionnels, issus des différentes disciplines des arts visuels. Un jury, composé d’Octave ANDERS (artiste), Laurence Rufo-Pantaleoni (professeure d’arts plastiques), Claude Tétard (adjoint au maire à la culture) et de la Direction du Vivre Ensemble, a sélectionné les exposants. Retrouvez la présentation des 14 artistes sélectionnés, qui partagent leur travail et leur passion avec vous au cours de ces 3 semaines d’exposition. Ils vous accueillent également lors de votre venue, n’hésitez donc pas à échanger avec eux. Bonne visite.

, .JPG 1.4Mo ()

Corinne Combet Esposito (Association ESPOSITION)

J’ai commencé toute jeune à faire du dessin...des portraits. J’étais fascinée par ce qu’un visage raconte. Plus tard, avec mon premier appareil photo, je prends des portraits d’usagers du péage où je travaille comme agent. Ces passages furtifs, de personnes dont on ne sait rien, furent un voyage humain de 17 ans. J’expose ma première série de photos que j’appelle « un amour de péage ». La série que je vous propose ici est tirée de mon premier voyage : l’Algérie, car cela ne pouvait être que le commencement, mes racines, mon père, mon héros, mon compagnon de voyage, de l’émotion. Ce pays, qui m’a accueillie comme si j’étais chez moi ; et où il faut faire sa vie avec un rien, où si un toit s’écroule un autre se partage. Un pays mais aussi une ville, Alger... blanche de ses milliers de lumières croisées dans les regards. 
Instagram @simplementesposito / Site : espositophoto.weebly.com

Nadine Derocles alias PHÉNOMÈNE

Mes peintures sont des créatures émotionnelles… Elles véhiculent toutes la liberté de la femme. Mon travail s’inscrit dans le mouvement qu’est le Pop Art. Il se caractérise par des thèmes et des techniques tirés de la culture de masse populaire tels que la publicité, la bande dessinée. J’alimente mon univers d’histoires personnelles, de recherches issues de la création contemporaine et de super héros ! Je croise plusieurs médias, j’utilise la technique mixte. Le transfert thermique flirte avec de minutieux collages. Je travaille avec les encres, l’acrylique et la peinture en aérosol. Je superpose les couleurs, favorisant les contrastes et donnant ainsi de la profondeur. Pour finir, j’applique un vernis qui améliore la résistance, atemporel, continuel, éternel, infini… 
nadinederocles.phenomene@gmail.com / Tél : 07 64 17 61 55 / Instagram : @nadinederocles__phenomene

Marie Hélène Dumas

J’ai repris les pinceaux à ma retraite...J’avais pris des cours de dessin et de peinture à mon adolescence mais avais arrêté cette activité durant ma vie professionnelle. Quel plaisir, lorsque j’ai cessé de travailler, de me remettre tout d’abord à l’aquarelle, pendant 3 ans puis à la peinture à l’huile, moins astreignant car ... 100 fois sur le chevalet, je peux «retoucher»...Mon maître mot : couleur. Personnages, paysages, ciels : tout est couleurs vives !
m.h.dumas@hotmail.fr

Hélène Giroudon

« Née à Lyon, je reste profondément attachée à cette ville. Pour moi, peindre Lyon devient vite une évidence et je puise mon inspiration dans son architecture, ses monuments, ses sculptures... Ma vie d’artiste amateur est jalonnée par quelques expositions et salons mais une véritable concrétisation est advenue en 2002 en entrant dans le patrimoine lyonnais. Ma peinture. S’arrêter, la regarder c’est déjà vivre une émotion, ressentir que ma toile vous interpelle pour entrer dans ma peinture. Découvrir, vivre des sensations, des ressentis, plonger dans des évocations, des émotions afin de parvenir à entrer en osmose avec ma toile et ainsi comprendre ma peinture. Voilà ce que j’attends de votre regard. » 
helene.giroudon@laposte.net Tél : 06 85 86 20 60

Gilles Grosson

Gilles qualifie son travail d’hybride avec des toiles abstraites aux formes géométriques simples auxquelles il associe parfois des motifs de fleurs. Chaque toile laisse apparaître les éléments constitutifs qui matérialisent la peinture. Fond, lignes et couleurs conjuguent sans se confondre, abstraction et figuration. Pour lui la peinture ne dit pas autre chose que ce qu’elle donne à voir entre opacité et transparence, limite et déplacement, plan et profondeur, rythme et série. Ses toiles sont le support à la réflexion et à la flânerie mentale. Ancien élève des Beaux-arts de St Étienne il poursuit son travail de peinture en parallèle de ses activités de formateur consultant. Doctorant en sociologie, il traite de la question du travail de création des artistes plasticiens. 
Tél : 06 20 37 28 11 / Atelier : 17 rue du Drévieux, Rillieux-la-Pape /  www.gillesgrosson.net

Patrice Kerebel

D’aussi loin qu’il m’en souvienne, j’ai toujours été attiré par le dessin et le besoin de retranscrire sur le papier ce qui retient mon regard du monde qui m’entoure : un objet du quotidien, une construction, un lieu de vie ou encore un paysage. J’exerce un métier technique et pratique la peinture par passion en qualité d’amateur. Après avoir essayé plusieurs techniques, c’est l’aquarelle que j’ai retenu car elle me procure le plus de satisfaction même si cette technique accessible ne se laisse pas facilement apprivoiser. Le fil conducteur de mon travail est la lumière et ma tentative de capter les ambiances qu’elle seule est capable de créer sur ce qui nous entoure comme dans les vues de Toulouse qui sont exposées. 
patrice.aquarelle@orange.fr / Facebook « patrice kerebel » et page « KER aquarelle » / Instagram @patrice.aquarelle

Jimin Lee Charvet

« Je fais des sculptures en m’inspirant de la matière que j’utilise. Je pense que le processus durant lequel l’artiste respecte la matière et recrée des œuvres d’art est comme l’interaction entre l’humain et la nature. Dans mon thème, l’interaction est entre l’humain et la nature. Mais cela peut aussi être entre la société et l’individuel ou la ville et les citoyens. La ville est construite par l’individu mais l’individu existe aussi et est changé par la société (la ville). Donc, la Ville ouverte doit communiquer avec les individus et les individus interagissent entre eux pour être mieux. » 
jimin428@gmail.com / Tél : 06 83 53 40 87 / jiminlee.egloos.com

David Lefebvre

Après des études parallèles aux Beaux-Arts et en Fac d’Archéologie, je n’ai pu choisir entre ces deux passions. C’est pourquoi mon intérêt pour des constructions réelles ou imaginaires évoquant d’anciennes civilisations, situe ma peinture aux confins de l’archéologie et de l’architecture. D’improbables tours de Babel deviennent de grand temples œcuméniques comme une synthèse architecturale universelle et par delà une représentation de l’humanité à la fois singulière et plurielle. Labyrinthes et figures impossibles, qui truffent mes compositions, sont les symboles de la complexité de l’Histoire et de l’apparente absurdité de la vie, principaux thèmes de mon territoire pictural. De nombreux voyages à travers plus de 70 pays continuent d’enrichir ma palette et mon imagination. 
david.lefebvre@orange.fr / Tél : 07 85 42 02 41 / davidlefebvre.e-monsite.com 

Claude Martinet

La ville attire : on y vit, travaille, on s’entasse, on étouffe parfois, on circule , on bouge dans tous les sens , ça ne dort jamais une ville… C’est un lieu de rencontres mauvaises rencontres au coin de la rue. Bonnes rencontres au coin du cœur : les copains d’école, les voisins qui invitent à boire un verre... C’est le marché du dimanche, les boulistes, les manèges , et le feu d’artifice… Ma palette vive et la composition dynamique de mes toiles confirment mon attachement à ces « scènes de la vie heureuses » ; Mon atelier est à Rillieux où je travaille et j’enseigne le modelage. 
martinetclaude@numericable.fr / claudemartinet.wordpress.com

Claudie Vial

Lyon : ma ville en couleurs. Ma technique préférée ? C’est celle de l’aquarelle, fine, légère, transparente, suggestive, intemporelle. Mais je pratique toutes les techniques : acrylique, huile, pastels secs ou gras, crayon et j’expérimente aussi des techniques mixtes. Le fil conducteur de tout mon travail est de mettre en avant, couleur et luminosité avec une tentative de capter celles d’une belle ville comme Lyon pour recréer des ambiances gaies et colorées telles qu’on les voit en réel ou telles qu’on les imagine en y mettant plus de couleurs qu’il n’y paraît. Comme disait Eugène Delacroix, « La couleur n’a aucun sens pour l’intelligence, mais elle a tous les pouvoirs sur la sensibilité.» 
claudy.cvidem@gmail.com / Tél : 06 32 57 87 22 / Facebook « clody » - Instagram @clodyvl

Arnaud Vedelago

Mon travail est principalement une étude des publicités placées dans l’espace urbain. La méfiance populaire envers le capitalisme se perçoit à travers les phrases placées çà et là sur les emplacements publicitaires urbains. Ces phrases sont des fragments de chansons empruntés au groupe rock « System Of A Down » et son chanteur Serj Tankian. La production présentée à la chapelle est donc un dessin d’étude donnant une vision de ce que le spectateur pourrait percevoir en se rendant dans le métro. 
vedelago.arnaud@sfr.fr / Instagram @vede.arts

Eloïse Masson

Le quartier des Confluences à Lyon constitue pour moi une référence architecturale riche et locale. Par cette maquette et le dessin préalable, je souhaitais imaginer une villa moderne tout en y ajoutant des références personnelles telles que Mondrian et Sarkis, en mélangeant différents matériaux (bois, miroir). Le but des facettes miroir est de créer un jeu de reflet entre les rayons du soleil et les éléments du jardin, comme la piscine ou les plantes. (J’ai été amusée de voir, 2 ans après, que le nouveau magasin Ikea de Vénissieux a lui aussi des facettes miroir sur sa façade !). 

Nassim Mehichi

Dessiner et peindre sont pour moi des moyens d’expression ultimes, quand les mots portent une certaine rigidité dans ce qu’ils peuvent exprimer. L’art pictural d’après moi est le seul langage où les yeux et la culture personnelle du spectateur servent de dictionnaire et de définition ; donnant à l’art un panel infini de sens d’interprétations et donc de messages ; un langage universel et infini. C’est dans cette perspective que je me suis lancé dans de multiples représentations dessinées, peintes ou réalisées à la tablette graphique, qui au fil du temps ont muté en thèmes et personnages récurrents. La pesanteur chromatique du noir est en général soulagée par la présence de personnages dégageant une certaine sensualité. Ils transforment mes représentations en narration, que le spectateur est libre d’inventer. Je poursuis d’ailleurs cette quête d’expression dans mes études. 

Lorette Faivre

Je suis élève en première année de cinéma. J’ai réalisé ce travail dans le cadre de l’option art plastique au bac. Cependant j’ai toujours été attiré par les mondes futuristes. Comment vivrons nous dans quelques années ou dans cent ans ? J’ai voulu, avec ce travail, montrer un monde où l’expansion urbaine devient si importante qu’elle prend le pas sur la vie humaine. Les couleurs vives sont là pour nous rappeler que même si l’humain est peu présent, la vie n’est pas pour autant absente, mais plutôt remplacée par une vie virtuelle. 



Autour de l'exposition...

Débat-Conférence : « Quand y a-t-il art ? », introduction à la sociologie de l’art, animé par Gilles Grosson, artiste peintre, doctorant en sociologie.  

Mercredi 16 octobre, à 19 heures, Chapelle de La Buissière.
Les productions artistiques nous questionnent, nous émerveillent ou nous dérangent parfois. Au cours de cette soirée, nous proposons d’échanger et de nous interroger sur les arts plastiques à partir de projection d’œuvres modernes et contemporaines.