AU REVOIR LAURA

VIE MUNICIPALE

04/10/2017

Mardi 3 octobre, plus de 500 personnes se sont rassemblées devant l’accueil Marcel André pour rendre un hommage sobre et émouvant à Laura et Mauranne, victimes de l’attentat de Marseille.

, .JPG 4.3Mo ()

Dimanche 1er octobre, gare Saint-Charles à Marseille, les vies de Laura et de sa cousine Mauranne s’en sont allées sous les coups  d’un terroriste. Face à un tel drame, la Ville n’avait pas le cœur à fêter l’inauguration du nouvel accueil Marcel André. Elle a ressenti le besoin de rendre hommage à Laura, jeune rilliarde, avec l’accord de sa famille.

Les habitants ont répondu présents à en juger par la foule dense réunie rue Ampère. Beaucoup d’amis, anciens élèves du lycée Albert Camus et de l’école d’infirmière Rockefeller ; de jeunes Scouts et Guides de France du groupe des Portes de la Dombes où elle était cheftaine ; beaucoup d’anonymes aussi. Car, même si on ne la connaissait pas personnellement, la brutalité de sa disparition a touché chacun dans son quotidien, rappelant que la violence dont elle fut victime menace tout le monde.

Des larmes, des embrassades, des visages exprimant l’incompréhension, le désarroi ou une colère retenue. « On nous a pris Laura », a répété plusieurs fois Alexandre Vincendet dans un discours prononcé d’une voix émue mais déterminée. Quand les sirènes ont retenti, les gorges se sont nouées le temps d’une longue minute de silence, interrompue par le glas de l’église.

Ensuite, certains ont entonné la Marseillaise. D’autres ont pris la main de leur voisin le temps d’une chaîne humaine improvisée. D’autres encore ont laissé un mot dans les cahiers de condoléances. À la recherche d’un peu de chaleur humaine, nous avons pleuré ensemble la disparition d’une jeune innocente. Au revoir, Laura.

Laura en quelques mots :
Laura a grandi à Rillieux-la-Pape, où elle était connue pour sa joie de vivre.  Elle était engagée dans la vie de son quartier et de la Ville, en tant qu’ancienne membre du Conseil municipal des Enfants, de 2006 à 2009, Commission Civisme. Elle s’épanouissait au sein du mouvement Scouts et Guides de France, où elle était cheftaine dans deux groupes, l’un à Rillieux-la-Pape, l’autre à Guilherand-Grange, près de Valence. Tournée vers les autres, elle poursuivait cette vocation dans le domaine professionnel à l’école d’infirmière Rockefeller de Lyon. Laura allait fêter ses 22 ans.